Instagram censura 2 fois la photo de cette femme dont le pantalon est tâché de sang. Le but de cette photo était de dénoncer le tabou qu’il y a autour des règles et du corps de la femme en général. Une grosse polémique engagée par les féministes est alors née.

Que Instagram ai censurée cette photo est proprement aberrant. La femme n’est pas une princesse Disney et produit toute sorte de sécrétion, pareillement à un homme, n’en déplaise à certains et certaines qui préfèreraient qu’on ne leur rappelle pas. Cela pose de bonnes questions sur la condition de la femme et l’intolérance dont elle peut faire preuve. Malheureusement dés que les féministes passent à l’attaque, le manque de justesse dans le combat leur fait beaucoup de tort. La justesse, les filles, tout est question de justesse. Un combat se gagne par la droiture et la justesse. Le manque de justesse fait beaucoup de mal à la cause.

L’exemple le plus courant est cette prétention qu’ont les femmes à croire que les hommes ne les comprennent pas. Cliché sexiste. Condamnation définitive injustifiée. Manque de justesse et donc contre productif. Dire que les femmes comprendrait mieux les hommes que l’inverse est tout autant sexiste.

Exemple 1: « quand on discute entre fille de règles et que mon mec entend ça, il nous demandent d’aller en discuter plus loin parce qu’il a pas envie d’entendre ça. »

Le tabou, la fiction romantique à propos des femmes en seraient la cause? Essayons d’inverser les rôles, est-ce qu’une femme a envie d’entendre deux mecs parler d’éjaculation? Ce que les hommes, par pudeur, ne font pas d’ailleurs et ce n’est pourtant pas par tabou. Les hommes n’ont pas plus envie d’entendre parler de vos règles. Cette photo serait tout autant censurée s’il s’agissait d’un homme allongée avec sur son pantalon le résultat évident d’une fraîche éjaculation. Nul tabou ici. Simple précaution de pudeur.

Exemple 2: « Et oui, nous les filles nous saignons! Que vous le vouliez ou non! Nous faisons caca aussi, nous pétons, tout autant que vous! »

Bien sûr! Mais est-ce que tout le monde a envie de parler de sécrétion corporelle à tout moment? Un homme n’a pas plus envie d’entendre parler de caca, de morve et de sperme si ça vient d’un autre homme. Il n’a pas envie d’en parler non plus car cela fait partie de l’intimité et il faut peut être accepter que l’intimité ne soit pas réservée aux femmes. On revient au cliché de la femme incomprise. Pensez-vous vraiment comprendre les hommes? La confusion est faite entre le tabou et l’intimité. Je comprends cette intolérance vis à vis de l’intolérance d’autrui. J’éprouve moi même une assez grande intolérance envers ma soeur qui ne supporte pas qu’on parle de morve car ça lui donne immédiatement envie de vomir. On ne peut même pas rigoler avec ça en famille, c’est pourtant assez léger mais c’est quelque chose qui doit être respecter.

Regle02_belleaubois

 

Exemple 3: « Le sang des règles, c’est comme le sang qui coule du nez quand vous vous êtes pris une porte, ce n’est pas sale! »

Le sang des règles n’est pas plus propre que le sang qui vient d’ailleurs. Ce sang qui coule du nez jusqu’au pull, ça fait? Une tâche! Votre pull est donc tâché, sale, bon pour le pressing! Tout comme le pantalon de la jeune fille de la photo, son drap et prions qu’elle ai mis une alèse! Sang de règle ou ketchup, même combat! Ca devient de la saleté.

Exemple 4: A la simple vue de la photo, un commentaire d’internaute: « O.o nasty! »

Petit con! Vous vous dites? Le fait est qu’il a raison. C’est sale et ça part difficilement en machine. Faut il y voir pour autant une attaque à la féminité. Pas forcément, encore une fois, s’il s’agissait d’un homme allongé et plutôt que du sang, quelque chose de marron qu’on peut trouver à cet endroit là aussi, de la merde ; ou de blanc, du sperme, la censure aurait sans doute sévit pareillement et le commentaire aurait été le même mais personne n’en parlerait.

Regle01_liquidebleuvsrouge

Exemple 5: « Dans les publicités, on a du mal à montrer leur vraie couleur »

Tabou le bleu sur les serviettes dans les pub? Encore une fois, c’est très vite et très mal pensé. Avez vous vraiment envie de voir du sang à la TV? A toute heure et pour tous les publics? Cela n’est pas réservé aux produits hygiéniques. Aucune publicité, aucun programme tout public ne montre de sang. Tout simplement. Le sang est synonyme de blessure, de drame, d’accident, de catastrophe. Le sang indispose. La sécurité routière rivalise d’imagination pour nous faire ressentir l’intensité d’un accident dramatique sans tout le sang qui devrait normalement gicler dans tous les sens. Les réalisateurs hollywoodiens sont obligés de faire disparaître le sang des combats épiques pour ne pas être obligés de réservé leur film à un public averti (-12). C’est ainsi qu’il n’y a pas une seule goutte de sang dans Bilbo le Hobbit malgré les centaines de morts. Dans les jeux vidéo, ils changent la couleur du sang des monstres, vert ou violet et cela devient acceptable pour les enfants. Il y a même un contrôle parentale possible dans les options pour déverrouiller le mode giclé de sang en rouge. Mais tout cela n’est rien. Le liquide bleu sur les serviettes, lui, est la conséquence d’un formidable tabou, orchestré par la dictature machiste. Ou pas.

Test: « Hé copine, t’as vu sur ma serviette usagée, la tâche forme un hibou ».

Votre réponse serait:
1-« Non mais ça va pas, t’es malade, c’est dégeulasse! »
2-« Ah ouais! Attend on va faire un selfie avec, mon mec va être vert »

 

Finissons enfin avec les fabuleuses Georgettes. Georgettes Sand est un collectif qui se bat pour la diminution de la TVA sur les protections périodiques considérées comme produit de première nécessité. Le combat semble juste. Cela étant dit, les femmes de ce collectif ont été capables de dire des énormités sexistes:

Regle02_supermanstruation

Les Georgettes Sand: « si c’étaient les hommes qui avaient leurs règles, je pense que le sang menstruel serait un symbole de pouvoir, de virilité, serait célébré comme le holly blood. Ce serait quelque chose de vraiment « – qui c’est qui a les règles les plus fortes, c’est moi etc… »
« la tour Eiffel serait rouge en haut quoi. »

Je sais maintenant ce que ça fait d’avoir nos intimes convictions jugées mais surtout condamnées par l’autre sexe complètement ignorant du sujet. Non l’homme ne ferait pas du sang menstruel un symbole de pouvoir. Si c’était le cas, le sperme serait déjà un symbole de pouvoir. On repeindra donc la tour Eiffel en couleur Sperme et entre potes on se taperait sur l’épaule:

« Alors tu éjacules bien toi? Tu as beaucoup de sperme? Il est de quel consistance le tiens? Il sent le frais au moins? Parce que moi j’en ai plein et ça sens toujours l’odeur du guerrier des montagnes un matin de printemps. »

Ça, c’est de la science fiction pour moi. Les hommes sont pudiques. Un seul mot pour résumer cet article: pudeur et justesse. Non les hommes ne parlent pas de leur sexe, de leur érection, de leur éjaculation, de leur sécrétions, de leurs aventures oniriques nocturnes. Ils ne parlent pas de leurs problèmes et n’ont pas plus envie de parler des vôtres.  Les femmes se disent énormément de choses, partagent énormément d’informations intimes et vont très loin. Les hommes ne le font pas. Ce n’est pas dans leur nature. Ce n’est pas une question de tabou, c’est tout simplement de la pudeur. Contrairement à ce que pensent les femmes, l’homme est en général plus sensible et parle plus difficilement de sexualité.
Ne pas respectez cela est une marque d’intolérance.

De la justesse, les filles, de la justesse!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s